L’accompagnement des publics réfugiés dans leur insertion professionnelle



Le 9 mars s’est déroulée la formation "Accompagner les publics réfugiés dans leur insertion professionnelle". Cette journée riche d’échanges et d’enseignements, animée notamment par le centre de formation de France terre d’asile, sera reprogrammée au second semestre 2021. Retours sur les temps forts de cette action...

   

Initialement organisée en présentiel, cette journée s’est déroulée à distance sous le signe du dynamisme. Co-animée par le centre de formation de France terre d’asile, par deux chargés d’insertion professionnelle en structure d’accueil de France terre d’asile Mayenne et une psychologue clinicienne spécialisée dans l’interculturalité, elle a aussi été l’occasion d’aborder différentes spécificités autour de l’accompagnement des publics réfugiés.

 

Quand on parle de public réfugié, de qui parle-t-on ?

Demandeurs d’asile, migrants, réfugiés, bénéficiaires de la protection internationale… Il est parfois difficile de s’y retrouver parmi les différents termes utilisés.

Le demandeur d’asile est une personne qui sollicite une protection internationale hors des frontières de son pays, mais qui n’a pas encore été reconnue comme réfugiée.

Sa demande d’asile est étudiée par l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra), qui pourra lui reconnaître le statut de "réfugié" ou de "protégé subsidiaire". Ainsi, on regroupe sous le terme "Bénéficiaires d’une protection internationale" (BPI) les personnes qui se sont vues reconnaître l’un de ces statuts. 

Les BPI ont accès aux dispositifs de droit commun (logement, santé, emploi…). 

Sur le champ de l’emploi et de la formation, il existe des dispositifs qui leur sont dédiés (Hope…).

 

Des dispositifs et des acteurs pas toujours simples à identifier

Si les dispositifs de droit commun relatifs à l’insertion professionnelle et à la formation sont bien connus des conseillers, les dispositifs d’insertion socio-professionnelle dédiés aux publics BPI sont souvent moins bien identifiés. 

Devant la pluralité de dispositifs et de porteurs de projet, il est difficile de repérer clairement quel est le dispositif adapté, comme l’illustre une participante "Quand il s’agit de travailler le projet professionnel d’une personne réfugiée avec des cours de français, je ne sais pas toujours vers qui orienter et sur quels critères parmi les dispositifs existants : Prépa Avenir 2 ? Univ’R44 ?… "

 

L’influence de l’interculturalité et du traumatisme éventuel de la personne

Autre point développé durant cette journée par une intervenante psychologue : l’influence de l’interculturalité et du traumatisme psychologique éventuel de la personne (lié à son parcours jusqu'à l’arrivée en France) dans son accompagnement.

L’interculturalité ne concerne pas seulement l’Autre, mais nous interroge également sur nous-mêmes. Dans une relation d’accompagnement, il est nécessaire de prendre conscience des stéréotypes culturels que l’on peut avoir et de veiller à les remettre en question face à la réalité de la personne accompagnée pour ne pas basculer du stéréotype aux préjugés. Le risque est d’être amené à orienter plutôt vers tel métier/secteur ou au contraire, à écarter certaines options sur cette base.

Un autre sujet souvent évoqué est celui de l’élaboration d’un "projet professionnel" avec les personnes accompagnées. Cette notion peut paraître étrangère à certaines d’entre elles, pour qui l’accès au travail est avant tout une priorité pour se sécuriser matériellement.

Enfin si les personnes réfugiées ont connu des situations potentiellement traumatogènes, l’intervenante explique que ce n’est pas pour autant que toutes seront des personnes traumatisées. 

Celles qui le sont, ont souvent des symptômes liés à ce(s) trauma(s) tels que cauchemars, difficultés de concentration et de mémorisation, difficultés de projection et de confiance. Il est important de pouvoir repérer ces "symptômes" afin de les orienter vers des structures spécialisées qui prendront en charge leur accompagnement psychologique. 

 

Une formation riche en échanges et participation

Fin de la journée, dernier tour de table : les participantes relèvent la qualité et le dynamisme de la journée.

La coanimation à 3 voix y a joué pour beaucoup : les chargés d’insertion professionnelle de France terre d’asile ont complété et mis en relief les apports clairs et concis de la formatrice par des exemples concrets issus de leur pratique, des échanges sur leurs méthodes de travail et les difficultés rencontrées.

Cette formation sera reconduite au second semestre 2021.

 

Pour aller plus loin

 

 

Cariforef des Pays de la Loire, avril 2021

Aller plus loin

Accéder à la page dédiée au Plan d'investissement des compétences (PIC) concernant l'accompagnement des réfugiés vers l'insertion professionnelle sur le site du ministère du Travail.

Consulter les dispositifs :