Vous êtes ici : Accueil Formation les dispositifs et aides financières Fiche dispositif

Contrat de professionnalisation intérimaire (CPro intérimaire)



Descriptif

Ce contrat doit permettre à des intérimaires peu ou pas qualifiés d’accéder à un premier niveau de qualification, voire de qualification différente ou complémentaire.

Le contrat de professionnalisation des intérimaires permet ainsi à l’entreprise de former des intérimaires aux métiers de ses clients et aux intérimaires d’obtenir une qualification professionnelle reconnue. Il offre la possibilité d’organiser la transmission des savoir-faire et des compétences et de bénéficier d’une prise en charge des coûts de formation du salarié et du tuteur, d’aides financières et d’exonérations de charges sociales.

Le contrat de professionnalisation intérimaire alterne des périodes de formation et des périodes de mise en pratique en entreprise. Il est conclu pour une période de 6 à 12 mois (selon le public concerné et la qualification visée), voire jusqu’à 24 mois dans certains cas.

Le contrat couvre l’intégralité des périodes de formation (en organisme de formation externe et éventuellement en entreprise) et des périodes de missions en entreprises utilisatrices.

Pour chaque intérimaire titulaire de ce type de contrat, l’entreprise de travail temporaire désigne un tuteur parmi les salariés permanents.

Un bilan de positionnement maximum de 14 heures peut être réalisé en amont du contrat de professionnalisation intérimaire.

Pendant la durée du contrat, le bénéficiaire perçoit une rémunération différente pendant les périodes de formation et les périodes d’emploi en entreprises utilisatrices. Elle varie de 70 à 85 % du Smic selon l’âge et le niveau de formation de l’intérimaire.

Une convention tripartite définit les engagements de l’entreprise de travail temporaire, de l’utilisateur et de l’intérimaire.

Bénéficiaires :

  • jeunes de moins de 26 ans,
  • demandeurs d’emploi âgés de 26 ans et plus,
  • bénéficiaires de minima sociaux : Revenu de solidarité active (RSA), Allocation de solidarité spécifique (ASS), Allocation aux adultes handicapés (AAH),
  • anciens bénéficiaires de Contrat unique d’insertion (CUI).

Source : CARIF-OREF des Pays de la Loire-2021